C

Certification

Validation d’une formation comportant un certain nombre de domaines de compétences par la voie de la formation initiale ou de la VAE, au regard d’un référentiel de compétences, délivrée par l’autorité certificatrice (DRJSCS, Rectorat…). Elle se déroule en centre d’examen ou en EFTS. Tout candidat ayant validé partiellement le diplôme dispose de cinq années à partir de la première validation pour pouvoir se représenter afin d’obtenir l’ensemble du diplôme. Opération et/ou document qui authentifie les compétences et savoir-faire d'un individu par rapport à une norme formalisée par un référentiel. Lorsque cette norme concerne une qualification professionnelle, la certification renvoie à un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle. Officialiser la réglementation liée à leur délivrance confère au document délivré une valeur juridique incontestable. Portail de la VAE

Charte

Document écrit qui identifie des principes ou des règles concernant l’accueil et l’accompagnement de stagiaires, en vue d’un engagement commun de la part des différents signataires de cette charte : étudiants, sites qualifiants et/ou EFTS. Les signataires s’engagent à en promouvoir et à en respecter les termes.

Clinique

Le concept de clinique traverse toutes les disciplines des sciences sociales et humaines. Le travailleur social est à la fois un praticien qui développe un savoir opérationnel ou savoir-faire, et un clinicien dans la mesure où il se donne les moyens pour réfléchir sur son action et ainsi la théoriser. « La clinique permet au chercheur comme au praticien de se situer dans la relation et de tenir une posture d’observation. Cette science de l’observation qu’est la clinique implique que le sujet est en position d’observateur participant mais qu’il est aussi supposé pouvoir interpréter ce qu’il observe, ou autrement dit produire des énoncés sur la situation observée. »

Gérald ALAYRANGUES "La clinique en travail social" Les cahiers de la PRAF - n°1 « Par clinique, j'entends toute observation, écoute, réflexion concernant la souffrance humaine, qu'elle s'exprime dans le corps ou les comportements. Cette attitude d'observation, d'écoute et de réflexion répond à un but précis qui est de soulager de façon désintéressée et éventuellement de connaître les conditions et les circonstances de cette souffrance »

Yves PELICIER « Clinique et société », dans Confluences, NDEG. 18, Paris, 1993, p.49. « La clinique en travail social soutient l’émergence du sujet et de la parole, redéfinissant ainsi la relation de l’observé à l’observateur. »

Sébastien DAMBRA, Jean-Michel KLINGER, Les cahiers de la PRAF - n°1 "La clinique en travail social"

Compétence

« La compétence se reconnait par sa capacité à gérer efficacement un ensemble de situations professionnelles. Pour cela, il [s’agira de] savoir combiner et mobiliser plusieurs compétences ou ressources. […] La compétence ne peut plus être considérée comme une somme de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être […] Pour faire face à un évènement, pour résoudre un problème, pour prendre une initiative, un employé doit savoir non seulement sélectionner et mobiliser des ressources (connaissances, capacités, attitudes, capacités cognitives…), mais il doit aussi savoir les organiser. Il doit construire une “combinatoire particulière de multiples ingrédients” ».

« La compétence réelle est difficile à cerner : elle est, en effet, invisible et ne se manifeste que lorsqu’elle est mise en oeuvre dans une activité. Elle n’est pas directement saisissable. “Combinatoire” de ressources, la compétence réelle correspond à ce que certains ergonomes, comme Jean Vergnaud, appellent un “shème opératoire”. En d’autres termes, il s’agit d’une “façon de s’y prendre” pour agir dans un certain types de situation, pour résoudre une famille de problèmes, pour faire face à un certain type d’évènements »

Guy LE BOTERF « Les compétences, de l’individuel au collectif. De quels concepts de compétence avons-nous besoin ». Soins Cadres N° 41- février 2002

Contrat d’apprentissage

C’est un contrat de travail de type particulier par lequel un employeur s’engage, outre le versement d’un salaire […] à assurer à un jeune travailleur une formation professionnelle […] dispensée pour partie en entreprise et pour partie en centre d e formation d’apprentis. Article L.117-1 du code du travail

Convention cadre

C’est une convention de partenariat signée entre l’établissement de formation et le site qualifiant. « Cette convention formalise les engagements réciproques des signataires et précise notamment l’offre d’accueil proposée par le site qualifiant en lien avec un ou plusieurs domaines de compétences du référentiel du diplôme pour lequel il s’engage à contribuer à la formation des étudiants. Un site qualifiant peut conclure des conventions cadre avec plusieurs établissements de formation » Circulaire DGAS/4A n° 2008-392 du 31 décembre 2008 relative à la formation et à la certification du diplôme d’Etat d’assistant de service social.

Convention tripartite

Dite convention de stage, elle est établie et signée entre l’établissement de formation, le site qualifiant et le stagiaire. Dans cette convention « sont précisées les modalités d’accompagnement du stagiaire, tant sur le plan organisationnel que sur le plan des apprentissages professionnels (préparation des entretiens avec le référent professionnel et les membres de l’équipe, entretiens d’évaluation du stagiaire par le site qualifiant). Dans cette convention sont également détaillés les objectifs de stage en lien avec un domaine de compétence du diplôme, sur lesquels l’étudiant devra particulièrement axer son travail » Circulaire DGAS/4A n° 2008-392 du 31 décembre 2008 relative à la formation et à la certification du diplôme d’Etat d’assistant de service social.